Mais qu’est-ce ?

La linogravure du grand Marc Brunier Mestas pour notre nouveauté à venir… On vous en dit plus d’ici quelques jours.

ville

On bosse fort et on cause peu

Amis du Visage vert, nous avons les doigts dans le cambouis pour l’heure et vous préparons deux numéros de la revue (le 24 et déjà, oui, oui, le 25), ainsi que deux ou trois charmants volumes. On essaiera de vous faire patienter avec quelques mini-chroniques sur d’intéressantes nouveautés (mais ça aussi, c’est du travail) et donc, en attendant, un lien vers le nouveau blog d’Hugues Robert, lecteur et libraire (il officie chez nos chers camarades de Charybde.) Allez voir, c’est vraiment bien. (Et puis si vous cliquez sur le lien de Charybde, vous passerez peut-être un rare et excellent 28 février 2014). Et puis et puis, l’étonnant blog de l’Amicale des nids à poussière.

Joyeux Noël (vert)

Grâce à la vigilance de notre ami Nils Fischer, un vrai Noël visageverdesque ! (la source est ici…) Et nous prions nos abonnés de nous excuser si leur n°23 n’est pas arrivé avant le 25 dans leur boîte… Ça ne devrait plus tarder. Tous les plis sont partis par la poste. Belle fin d’année à tous les amis et lecteurs du Visage vert.

4877b65936fdbc860775b4457cb3f50d_image_document_large_featured_borderless

Il est là !!!!

Et voilà, il est arrivé, le numéro 23 du Visage Vert. Sommaire étincelant :

• "Animula" de Fitz-James O’Brien, dans la traduction de Régis Messac, suivi de quelques documents de Messac sur O’Brien.

• Quatre nouvelles de J. H. Rosny ("Le Septième Sens", "Le Mage rustique", "Les Éléphants bleus", "Le Détective plongeur"), précédé d’une archéobibliographie des auteurs, établie par Fabrice Mundzik.

• "Un cabinet", d’Yves Letort, notre auteur français vivant du numéro.

• "Le Défi de la girafe", de Barry Pain.

• "L’Échange infernal", de Mary Shelley, suivi d’un article de Norbert Gaulard, "Transformation, ou les avatars".

• "Le Pommier", de Jules Lermina

. Sans oublier un En cimaise consacré à l’illustrateur Jacques Blondeau.

Les abonnés auront droit à un très joli supplément… Et nous saluons l’arrivée au comité de rédaction de l’ami Mikaël Lugan.

En vente en ligne, dans les meilleures librairies et au SEL de Sèvres le 14 décembre 2013, où le Visage vert sera présent, comme tous les ans, aux Rencontres de l’imaginaire.

Intermède grognon : de la littérature considérée comme la confiserie.

Les esprits observateurs l’auront remarqué : la métaphore culinaire est très appréciée du critique littéraire. Presque autant que sa grande sœur, la métaphore joaillère : c’est dire l’étendue du désastre. "Un vrai bonbon" fait ainsi concurrence au "petit bijou" (finement ciselé, la plupart du temps.)
Oh, bien sûr, ce n’est pas à n’importe quel ouvrage que cette ravageuse étiquette s’attache. Ni Machen, ni Mary Shelley, ni Poe (entre autres) ne se la virent collée aux basques. Non, elle s’accole en général à des œuvres courtes et civilisées — ou civilisables, à tort ou à raison. Des textes qui ne font ni peur ni mal — ou des textes dont on veut ignorer, par cette inepte métaphore, le pouvoir inquiétant. Lecteur, asseyez-vous, goûtez, c’est bon, hein ? Sucré. Mignon. Et c’est fait avec quoi ? Des mots ? Des phrases ? Des inquiétudes ? On s’en fiche un peu. Confisons, confisons. Que certains de ces textes soient du pur sucre, on n’en doute pas. À ce titre, ils ne nous intéressent guère. Que d’autres cachent bien leur jeu et que la dent du lecteur croque soudain sur une patte d’araignée (ou, pire encore, un petit bout de langage), c’est bien le moins. Ah, quel filou, ce critique : soit il a voulu nous surprendre, soit il n’a pas fini son dessert.

451px-Redon_crying-spider

A47-49, Autre Livre, Paris, 15 au 17 novembre

Entre Erosonyx (A43-45) et Dystopia (A51), c’est là que vous trouverez le Visage vert et son troupeau de sirènes et de monstres divers ce week-end. Pour la (quatrième ?) année, nous participons à l’Autre Livre, le salon de l’édition indépendante, en belle compagnie. Outre nos voisins, il y aura du beau monde : Le Sonneur, Anacharsis, Asphalte, Aux Forges de Vulcain, La dernière goutte, l’Œil d’or, Isolato, Notes de nuit, Le Murmure, le Vampire actif… et une bonne centaine d’autres. Plus nos amis du Black Herald, que le Visage vert hébergera dans la joie.
Un bonheur supplémentaire pour nos lecteurs : Yves et Ada Rémy seront sur le stand de Dystopia vendredi à partir de 19 heures. On est tellement contents qu’on en oublie d’être jaloux.

sirèene

Les sirènes débarquent à Pau

Les voilà, les sirènes tant attendues !

VV_couv_sirenes_pl1

La belle anthologie concoctée par Delphine Durand regroupe des textes de Paul Arène • Henry Bordeaux • Bernard Lazare • Charles Le Goffic • Jules Lemaître • Camille Lemonnier • Camille Mauclair • Catulle Mendès • Pierre Mille • Henri de Régnier • Maurice Renard • Jules Ricard • Jean de Tinan • Gustave Toudouze • Renée Vivien • et Jacques Yvel.

Extrait du quatrième de couverture : "Qu’elle se nomme sirène, mermaid, ou morgane… la créature mi-femme mi-poisson a parfois été considérée comme un « symbole de la faute, du péché, de la souffrance, de la malédiction, de la mort »… mais aussi de toutes les passions, donnant prétexte à d’inspirés dévoiements littéraires comme le démontre la présente anthologie. En effet, Chants de désir, chants de mort, qui rassemble pour la première fois vingt-trois textes « fin de siècle » de seize poètes et écrivains de langue française, témoigne d’un engouement aussi singulier que fécond pour la « petite femme de la mer »."

Et nous aurons le plaisir de vous présenter cette nouveauté et les autres livres des éditions du Visage vert, ainsi bien sûr que les 21 numéros de la revue, au salon de Pau, Pau Pyrénées fête le livre, du 8 au 10 novembre au Palais Beaumont, sur les hauteurs de Pau. Venez nombreux… !