True detective et vraie déception

On attendait les 8 épisodes de cette première saison de True detective avec trépidation. Solides acteurs (Woody Harrelson et Matthew McConaughey) et musique de T Bone Burnett, il y avait déjà de quoi faire briller les yeux. Et puis, et puis : cette enquête menée en Louisiane par deux inspecteurs de la police de l’état (les huit épisodes, c’est à noter, constituent une série complète) citait abondamment Le Roi en jaune, de Robert W. Chambers, un auteur que le Visage vert affectionne particulièrement. Et, nous disait-on, le scénariste avait lu Ligotti ! Après sept heures et des poussières de survol du bayou, de roulements d’yeux d’un Woody Harrelson par ailleurs très convaincant et de tirades philosophiques débitées d’une voix caverneuse par un McConaughey tout aussi excellent , la déception pourtant est grande. L’horreur cosmique ne montre que très, très rarement le bout de son tentacule dans ce long récit télévisé, ce qui laisse un peu de place au déjà vu. Une pincée de Twin Peaks (scènes de nuit), pas mal de Massacre à la tronçonneuse (les taudis du sud profond, où tout le monde est un peu incestueux, hein, forcément), du Red Riding Trilogy en prime, des visuels faussement crasseux (ah, Se7en), des photos quasi subliminales de saturnales campagnardes à la Charles Fréger, une direction artistique qui louche sur Hipstamatic, lumière vernie et verts surchargés… Zut. True detective, saison 1, en dépit de ses beaux atours, n’est qu’une énième enquête sur des meurtres en série chez les bouseux (qui doivent en avoir un peu assez de jouer les détraqués de feuilleton). Le roi en jaune ici n’est qu’un masque que l’épisode final, aux dix dernières minutes franchement grotesques, fait tomber sans élégance. Allez savoir pourquoi, tout cela donne envie de revoir le Faust de Sokourov.

IMG_4992

Les joies du Marché

C’est la semaine prochaine ! Le Visage vert sera présent stand 104 (avec L’OEil d’or et Notes de Nuit) du Marché de la poésie, comme d’habitude. Cette année, c’est du 11 au 15 juin…

On le sait depuis (au moins) Gérard de Nerval, poètes et fantastiqueurs ont des sources communes. Le Visage vert est donc ravi de se retrouver, pour la… Oh, sixième ou septième année sous les marronniers de la place Saint-Sulpice. Content aussi d’avoir en voisins le camarade l’OEil d’or dont le catalogue est riche en fantastique, Notes de Nuit qui lui pique des traducteurs, et, stand 704, les amis du Black Herald (qui viennent de sortir un très beau recueil des poésies de Jos Roy, en français et en anglais dans une traduction de Blandine Longre et Paul Stubbs.)

IMG_4316

On trouvera également au Marché le Bathyscaphe, Le Bruit du Temps, Le Castor Astral, Chandeigne, le Chemin de fer, Héros Limite, Isolato, Le Murmure, le Nouvel Attila, L’Oie de Cravan et Ypsilon, entre autres.

Le 24 en juin ?

Si tout va bien, le numéro 24 du Visage vert sera des nôtres au Marché de la poésie (Paris, place Saint-Sulpice, 11 au 15 juin).

Et vous y découvrirez donc un merveilleux contenu donc voici le sommaire :

• "Marjorie Daw", une nouvelle de Thomas Bailey Aldrich (traduction Jean-Louis Corpron)

• "Le Serpent des airs", une nouvelle de William Page (traduction Anne-Sylvie Homassel), suivie d’un essai de Michel Meurger, "Jungles de l’air supérieur : la faune des fictions aéronautiques".

• "Le Plus dangereux des jeux", une nouvelle de Richard Connell, précédé d’une présentation de Xavier Mauméjean (qui en signe également la traduction)

• "Ténèbres au Fleuve Noir : le détective des fantômes", un essai de François Ducos

• Et pour finir, "Le Visionnaire", une nouvelle de Rudolf Lindau (adapté de l’allemand par l’auteur).

Un Finlay pour patienter en beauté :

finlay

Printemps 14

Nous ne sommes pas morts ! Le numéro 24 du Visage vert est en cours de bouclage et vous pourrez le découvrir à l’occasion de nos trois rendez-vous de juin : le désormais habituel Marché de la Poésie, à Paris, du mercredi 11 au dimanche 15 juin (nous partagerons un stand avec les amis de l’OEil d’or et de Notes de Nuit, avec les amis du Black Herald pas bien loin) ; le 21 juin chez Scylla, toujours à Paris (apéro et dédicace pour notre publication livre du semestre, Vivre sauvage dans les villes d’Anne-Sylvie Salzman et mise en valeur de la maison d’édition), et le 28 juin à la librairie Mollat, à Bordeaux : là, ce seront les Dystopiales de juin 2014 en version décentralisée, avec le Visage vert et… et… ET… Yves et Ada Rémy. Le bonheur, quoi.

Et un petit apéritif pour le n°24, donc :

l-aquarium-de-sang-3796442-250-400

Mais qu’est-ce ?

La linogravure du grand Marc Brunier Mestas pour notre nouveauté à venir… On vous en dit plus d’ici quelques jours.

ville

On bosse fort et on cause peu

Amis du Visage vert, nous avons les doigts dans le cambouis pour l’heure et vous préparons deux numéros de la revue (le 24 et déjà, oui, oui, le 25), ainsi que deux ou trois charmants volumes. On essaiera de vous faire patienter avec quelques mini-chroniques sur d’intéressantes nouveautés (mais ça aussi, c’est du travail) et donc, en attendant, un lien vers le nouveau blog d’Hugues Robert, lecteur et libraire (il officie chez nos chers camarades de Charybde.) Allez voir, c’est vraiment bien. (Et puis si vous cliquez sur le lien de Charybde, vous passerez peut-être un rare et excellent 28 février 2014). Et puis et puis, l’étonnant blog de l’Amicale des nids à poussière.

Joyeux Noël (vert)

Grâce à la vigilance de notre ami Nils Fischer, un vrai Noël visageverdesque ! (la source est ici…) Et nous prions nos abonnés de nous excuser si leur n°23 n’est pas arrivé avant le 25 dans leur boîte… Ça ne devrait plus tarder. Tous les plis sont partis par la poste. Belle fin d’année à tous les amis et lecteurs du Visage vert.

4877b65936fdbc860775b4457cb3f50d_image_document_large_featured_borderless