Dynamite toujours

Depuis une petite demi-heure on sait que le prix Nobel de littérature récompense cette année Doris Lessing. C’est l’occasion ou jamais de dire quelques mots de Sture Dahström, qui n’aura jamais le prix Nobel, lui, d’abord parce qu’il est mort, ensuite parce qu’avant de mourir il s’est cruellement moqué de la chose, et que pour finir — et sur le seul examen de son Grand Blondino, qui vient de paraître au Serpent à plumes, il écrit comme s’il avait avalé Jérôme Bosch, les Karinthy père et fils, un peu de Gombrowicz et trois kilos de poudre de cantharide. Un genre à lui tout seul, ce Dahlström, inventeur du fantastico-priapisme et de la Buick à plumes…

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s