La Tour Saint-Jacques

Amis Parisiens, visiteurs de Paris, la Tour Saint-Jacques sort enfin, après de longues années de restauration, de ses échafaudages. La voir s’élever, laiteuse, dans les ciels variés de la ville rappelle à la mémoire le drame inachevé que Nerval imagina sur Nicolas Flamel. S’y déroule une amère confrontation avec Satan. « Qu’elle est haute, cette tour ! Il semble, à mesure qu’on y monte, que toutes les choses de la terre retombent à ses pieds comme des brouillards. — Paris… Tout Paris là ; avec son dais de brume déchiré par mille aiguilles ! » Dumas, dit-on, se souviendra aussi dans sa pièce La Tour Saint-Jacques de ces quelques fragments publiés en 1855, peu après la mort de Nerval. 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s