Deyrolles

Une incursion dans le monde réel : rue du Bac, à Paris, le magasin Deyrolles vendait dans un somptueux décor des animaux empaillés, des papillons épinglés, des crustacés disséqués. Le 1er février de cette année, le magasin a brûlé (étrange, tout de même, cette propension à l’incendie qu’ont les lieux bizarres à Paris : vous souvenez-vous du pavillon du Bardo au Parc Montsouris ?) : les agneaux naturalisés, les précieux coléoptères, les tigres, les autruches, les merveilleux planchers… tout est parti en fumée. (Non, Vincent Price n’a rien à voir avec ce regrettable incident !) Ce magasin qui fascinait entre autres le réalisateur Wes Anderson revivra sans doute. Le Visage vert en attendant lui adresse (à Deyrolles, plutôt qu’à Anderson…) quantité d’ondes positives et affectueuses…

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s