On n’a toujours pas retrouvé la grande forme

Est-ce le temps, est-ce la déprimante rentrée littéraire, est-ce la longue gestation de notre collection d’ouvrages qui devait, nous en sommes bien conscients, voir le (long) jour à la fin juin et ne se présentera à vous qu’à la mi-octobre ? Toujours est-il que tardent à venir les notes suivantes (l’une consacrée à Bill Douglas, l’autre à l’Effroyable histoire du cinéma de Kiyoshi Kurosawa, doublée d’une semi-louange des Horrors of Malformed Men de Teruo Ishii) ; félicitons-nous de la nature conciliante d’Internet, qui nous permet de continuer à cultiver la paresse, en signalant simplement d’un lien un tamponneur fou et doué, un site joyeusement vieillot (les deux mains dans Jules Renard) et un superbe blog dédié à la créature de Frankenstein. 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s