Effroyable histoire, aimable conversation

Il n’est peut-être pas si horrible que cela pour Kiyoshi Kurosawa d’être l’autre Kurosawa — le jeune, le vivant. Sans aucun lien familial avec Akira Kurosawa, Kiyoshi Kurosawa, né en 1955, réalise et produit des films depuis 1975. Rouge profond a publié il y a quelques mois un petit livre d’entretiens intitulé Mon effroyable histoire du cinéma, dans lequel Kiyoshi-san discute assez joyeusement avec le critique et réalisateur Makoto Shinozaki, volubile interviewer de 8 ans son cadet. De ses films, bien sûr — de Cure, de Charisma, de Séance, de Door 3, laissant hélas de côté les remarquables Jellyfish et Doppelgänger —, mais surtout de ceux des autres. Cette Effroyable histoire est aussi une cinémathèque privée, qui donne envie de voir ou de revoir, par l’œil lucide de Kurosawa, le Matango d’Ishiro Honda, les diverses versions de l’histoire de fantômes Les spectres de Yotsuya, Goke, Body Snatcher from Hell, et quelques classiques occidentaux — Vampyr, Le moulin des supplices, L’étrangleur de BostonMassacre à la tronçonneuse… Spectateur humble, avisé, souvent drôle, Kurosawa isole dans ces films les mécaniques de l’effroi et de l’étrangeté sans en déflorer les conséquences cinématographiques. Quelques mots pour finir sur Miira otoko no kyofu (La momie de la terreur), le premier film (c’est en fait une série) qui l’ait effrayé : « J’avais six ou sept ans et je n’avais aucune réelle connaissance de la mort. J’avais déjà vu des gens mourir à l’écran, comme dans Godzilla. En revanche, je n’avais pas encore vu un mort renaître… Avec cette série, j’ai découvert la peur par anticipation : le fait de redouter le plan à venir, d’avoir peur… de la peur.« 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s