Un corsaire singulier

Le Rocambole, bulletin des amis du roman populaire, a publié l’été dernier un double numéro entièrement consacré à l’écrivain Jules Lermina (1839-1915), soit 350 pages explorant la carrière complexe et bousculée de ce « précurseur de toutes les modernités« , écrit Jean-Luc Buard dans sa concise préface. Découverte passionnante pour plus d’un lecteur que Lermina, employé de bureau devenu journaliste(il couvrira notamment la terrible affaire Troppmann), opposant au Second Empire, pamphlétaire, puis, après la Commune, auteur de fictions sous l’étoile sombre de son maître Poe. Recueils fantastiques, romans-feuilletons criminels, suites au Comte de Monte-Cristo et aux aventures de Cyrano de Bergerac, nouvelles policières… Après 1880, rapporte Elsa de Lavergne, qui a consacré sa thèse à Jules Lermina, ce « lecteur insatiable » s’intéresse à l’occultisme et à l’anticipation, sans pour autant renoncer à ses préoccupations sociales. Figure inclassable, dont les contributions rassemblées par Jean-Luc Buard, Jérôme Solal et Éric Vauthier dressent un portrait enthousiaste et lucide. Son courage politique, ses inventions littéraires (n’est-il pas l’un des précurseurs du Péril jaune ?), son superbe maniement du poncif et des néologismes, sa fascination pour un ailleurs extraordinaire, toutes qualités maintenant remises au jour par le Rocambole, devraient lui assurer une place de choix à l’anti-Panthéon des grands auteurs de genre. De fait, Jean-Luc Buard se propose de constituer un Cercle de lecteurs de Jules Lermina (le Visage vert y aura un strapontin !), lequel débouchera, n’en doutons pas, sur nombre de rééditions. Premières en date: les Histoires incroyables et Nouvelles histoires incroyables, que proposera sous peu le Visage vert)

Publicités

4 réponses à “Un corsaire singulier

  1. Plein de bonnes choses à lire en perspective ! J’ai appris que Régis Messac évoque aussi Jules Lermina dans son essai ‘Micromégas,’ réédité ce début d’année.

  2. Merci de faire re-découvrir Jules Lermina, auteur ignorée du XIXe siècle.

  3. Merci pour cet article, j’ignorais jusqu’au nom de ce monsieur, j’en bave d’avance!

  4. Cher Losfeld, vous allez vous régaler toute l’année !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s