Une maison hantée de l’extérieur

C’est à l’architecte Frank Lloyd Wright que l’on doit l’un des traits les plus remarquables de The House on Haunted Hill, récemment réédité en DVD par Le chat qui fume. Dans ce film à suspense de William Castle, qui rappelle parfois Les diaboliques, Vincent Price (autre attraction principale), invite cinq personnes dans une maison hantée. Si l’intérieur en est très banalement pseudo-victorien, l’extérieur, plusieurs fois entrevu, est celui de la remarquable Ennis House construite en 1924 par Wright pour Charles et Mabel Ennis. Bâtisse étrange, organique, faite de blocs de béton ornés de motifs dessinés par Wright, et dont l’architecture devait évoquer celle des temples maya. On regrette bien sûr que Castle n’ait pu filmer à l’intérieur de la maison, et qu’il n’ait pas joué, comme Ulmer dans son extraordinaire Black Cat, des formes de l’architecture moderne. Ennis House (sévèrement endommagée par le tremblement de terre de 1994, en restauration à l’heure actuelle) a séduit nombre de cinéastes et téléastes, de David Lynch (qui y a filmé Invitation to love, son feuilleton dans un feuilleton) à Ridley Scott. 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s