Les oiseaux sont des cons

Saluons à quelques jours du printemps le retour à la vie des Oiseaux sont des cons, bref album du défunt Chaval (il ne survécut pas à l’année 1968), et libre adaptation du film du même auteur Les oiseaux sont des cons, dont l’on demandera aussi, fatalement, la résurrection. Ces oiseaux sont, qui l’eût cru venant du si joyeux Chaval, assez humanoïdes et certains même chevauchent des lions (voire des éléphants), ont le front bas et de petits yeux. Le Cherche-Midi a longtemps alimenté la chavalomanie de rééditions et d’inédits divers, mais c’est à Cent pages (lire ici un alléchant résumé des activités de la maison) que l’on doit ces Oiseaux : de la belle ouvrage, soigneusement noircie sur tranche. 

  couv_1745.jpg 

Post scriptum du soir :  nous n’aurions sans doute rien su de cette excellente initiative sans Valérie Millet des éditions du Sonneur

2 réponses à “Les oiseaux sont des cons

  1. Cent pages est définitivement l’un de mes éditeurs préférés. Dans un tout autre genre, Bécon-les-Bruyères de Bove dans leurs dernières parutions ou encore Les Dimanches de Jean Dézert…

  2. Oui, et Le petit bossu de Roberto Arlt. Et les livres sont beaux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s