Tout beau, tout nouveau

Tout frais sorti des presses et bientôt dans les meilleures librairies (mais vous pouvez aussi le commander directement sur le site du Visage vert), une longue nouvelle de l’Allemand Georg von der Gabelentz, L’Animal blanc.

« Les histoires extravagantes racontées par cet homme reflétaient-elles la vérité ou étaient-elles le fruit d’un cerveau dérangé ? Pour le médecin que je suis, une chose au moins était certaine : le malheureux souffrait d’une forme de délire de persécution causé par son crime, d’une irritabilité maladive des nerfs, or l’ambiance à vrai dire très particulière et fantomatique de cette nuit – qui, moi aussi, m’affectait irrésistiblement – exacerbait les symptômes à l’extrême. » Georg von der Gabelentz (1868-1940) est l’auteur d’une dizaine de recueils de nouvelles et de plusieurs romans fantastiques publiés entre 1904 et 1935. « L’Animal blanc. Un conte nocturne », traduit par Élisabeth Willenz, est extrait de son premier recueil : Das weisse Tier. Novellen(Berlin : Egon Fleischel, 1904). Couverture de Marc Brunier-Mestas, illustrations intérieures de Stepan Ueding. gabelentz_animal_blanc

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s