Archives de Tag: Yves et Ada Rémy

No-genre’s-land

Nos amis du Black Herald publient le 5e numéro de leur revue — plus que jamais indispensable dans le paysage parfois bien douillet des revues de littérature en France. Ni mook ni jag, The Black Herald est fièrement éparpillé entre langues, époques et genre (une notion que l’un de ses deux créateurs, Paul Stubbs, détricote lestement dans son éditorial). Les lecteurs découvriront entre autres dans cette livraison un entretien inédit en français avec Emil Cioran, deux beaux textes classiques (Segalen sur Rimbaud, Charles Nodier sur la littérature) accompagnés de leur traduction en anglais ; deux fictions contemporaines qui raviront les amateurs de littérature insolite («Révolution», de Philippe Annocque, et «Bibliotaphia», d’Alistair Ian Blyth, qu’on aurait publié avec joie dans le Visage vert) ; un des plus beaux chapitres des Soldats de la mer, d’Yves et Ada Rémy, traduit en anglais par le talentueux Edward Gauvin ; les premières pages de Spleen, roman expressionniste et oublié de l’énigmatique Olive Moore — et nombre de textes poétiques (Stubbs, Levinson, Gascoyne, Bondy, Spittle et quelques autres) dont la plupart se tiennent dans ce no-genre’s land qui nous enchante.

En parallèle, Black Herald Press publie deux recueils, Cosmographia, de Blandine Longre, vertigineux exercice de pénétration des mystères de la chair par le seul verbe ; et les Dits des xhuxha’i, d’Anne-Sylvie Salzman.

IMG_8663

Publicités

A47-49, Autre Livre, Paris, 15 au 17 novembre

Entre Erosonyx (A43-45) et Dystopia (A51), c’est là que vous trouverez le Visage vert et son troupeau de sirènes et de monstres divers ce week-end. Pour la (quatrième ?) année, nous participons à l’Autre Livre, le salon de l’édition indépendante, en belle compagnie. Outre nos voisins, il y aura du beau monde : Le Sonneur, Anacharsis, Asphalte, Aux Forges de Vulcain, La dernière goutte, l’Œil d’or, Isolato, Notes de nuit, Le Murmure, le Vampire actif… et une bonne centaine d’autres. Plus nos amis du Black Herald, que le Visage vert hébergera dans la joie.
Un bonheur supplémentaire pour nos lecteurs : Yves et Ada Rémy seront sur le stand de Dystopia vendredi à partir de 19 heures. On est tellement contents qu’on en oublie d’être jaloux.

sirèene

Bel ailleurs, 13 avril

Si vous êtes à Paris ce soir (ou dans les environs), risquez-vous entre Charybde et Scylla, les deux librairies jumelles (non identiques) du XIIe arrondissement pour les cinquièmes Dystopiales. En Scylla, de 16 à 21 heures, vous pourrez rencontrer Régis Antoine Jaulin pour son Dit de Sargas. En Charydbe, à partir de 16 heures, une affiche de rêve : Elvire de Cock, Tommaso Pincio pour Les Fleurs du Karma, Xavier Mauméjean pour American Gothic (sur lequel nous reviendrons un de ces jours, c’est excellent), l’ami Romain Verger pour l’ensemble de son œuvre et (douces trompettes) Yves et Ada Rémy pour leurs faramineux Soldats de la mer, réédités en beauté par Dystopia.

Scylla, c’est 12 rue Riesener, métro Montgallet. Charybde, c’est 129 rue de Charenton, métro Gare de Lyon.

41957-w200