Une météorite dans le jardin

Une âme généreuse a balancé ce midi dans notre jardin une météorite qui s’y est enchâssée durablement, Ward, de Frédéric Werst (Fiction & Cie, Le Seuil). L’air vibre encore et l’herbe a brûlé. Werst s’emploie dans Ward rien moins qu’à créer, en wardwesan avec traduction en français, la littérature des Wards, peuple imaginaire. Allez-y voir. Le Visage vert (de jalousie, de bonheur, d’admiration rien qu’à l’idée de la chose) y revient dès lecture. En attendant, passez nous voir à Saint-Mandé ce week-end où nous tiendrons salon (ça s’appelle Livre à part, tout un programme) en compagnie de nos amis du Sonneur, de l’Œil d’or, de la Dernière goutte, du Black Herald et quelques autres. C’est une bande ? Oui, en quelque sorte. Un peu de wardwesan pour finir : « nam naga ab zaeph waman ek zaeph ab naga aganawan » soit « et moi, chaque année je meurs et chaque année je renais » (in Le livre saint de Parathon).

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s